• karate
    ARTS MARTIAUX
    RED FORCE CLUB
    BLOG - JU JITSU

JU JITSU, l'avènement

Le début ...
Admin

Sur le plan historique, le KOJIKI livre des choses anciennes, un des plus vieux ouvrages de référence, puis plus tard le NIHON SHOKI, relatent des épisodes de lutte corps à corps. Dès le début de l'ère MUROMACHI, à partir du XIVème siècle, le SUMO et le KUMI UCHI commencèrent à se codifier. Faisant partie de la formation des SAMOURAI, ils donnèrent naissance vers 1500 au BU-JITSU (Technique de Combat) et à de nombreux RYU, chacun de ces RYU ayant une méthode et surtout une technique propre à lui-même. Chaque RYU transmettait oralement l'ensemble codifié du maître aux disciples.

Ouvrage de référence: le BU-JUTSU RYU JOROKU (biographie des fondateurs de RYU).
Sachant que le moyen âge japonais dura plus de mille ans, on comprend pourquoi les arts martiaux japonais ont atteint un degré de perfection qu'aucun pays n'a pu égaler. L'origine de nombreuses écoles reposent sur des légendes plus que sur des réalités. L'addition des techniques utilisées par les BUSHI comme par les moines guerriers ou tout simplement par les marchands et paysans et reprise par des experts de valeur fit le reste.

YOSHIN RYU
La légende la plus caractéristique est sans conteste celle qui explique l'origine de l'école très populaire: YOSHIN RYU l'école de l'esprit du saule. Un médecin du nom de SHIROBEI AKIYAMA après avoir étudié un grand nombre de techniques, les enseigna mais sans le succès escompté. Un jour d'hiver, pendant qu'il méditait, une violente tempête de neige brisa de nombreux sapins, seul un saule par sa flexibilité rejetait le poids de la neige. Le médecin fut illuminé par cette démonstration céder pour vaincre et modifia son enseignement qui fut à l'origine du JU-JITSU et certainement du JUDO moderne (école JIGORO Kano).

TENJIN SHINYO RYU
Il s'agit de la fusion de deux anciens RYU, le YOSHIN et le SHIN NO SHINDO. Le fondateur de la première, comme nous venons de le lire, s'appelait SHIRONEI AKIYAMA et vivait au 17ème siècle. L'école SHIN NO SHINDO fut fondée par le policier YAMAMOTO. Les deux méthodes furent réunies par ISO MATAEMON sensei, sous le nouveau nom de TENJIN SHINYO RYU. ISO MATAEMON s'attacha spécialement au travail de l'ATE-WAZA (les coups), son troisième successeur qui portait le même nom fut un des professeurs de JU-JITSU de maître J. KANO. Ce dernier et maître ISO firent d'ailleurs une démonstration de JU-JITSU devant le général GRANT en visite au Japon.

GENJI NO HEIHO
Une des plus anciennes écoles (Japon féodale du 13éme siècle). Patrimoine d'une grande famille, les GENJI, l'école comprenait l'art complet de la guerre: construction de forteresses, armement des guerriers, techniques de combat, KYUDO, KEN-JITSU, pratique du KUMIUCHI, etc...

TAKENO UCHI RYU (16ème siècle)
Le fondateur, un samouraï de haut rang HISAMORI, fut appelé plus tard TAKENO UCHI. L'école fut élargie aux connaissances suivantes: sabre, NAGITANA (lance), TESSEN (éventail de guerre), JO et BO (bâton), SHURIKEN et TANTO JITSU (poignard).

TAKEDA RYU
Une autre grande famille au 16ème siècle, les TAKEDA (TAKEDA HEIDO). Enseignement qui donna naissance au DAITO RYU AIKI-JUTSU. Cette méthode comprenait de très nombreuses techniques issues de l'art du sabre le KEN-JITSU. MINAMOTO NO YORIOYCHI (1036-1127) fût un des plus grands maîtres de ju-jitsu de l'époque. Sa technique imprégna certainement l'école TAKEDA.

L'ECOLE YORITOMO
Fondée par MINAMOTO NO YORITOMO. Celui-ci exhortait ses hommes à pratiquer les arts martiaux en accordant une large place au ju-jitsu. Les noms TEDORI et TEDIKI furent souvent employés dans cette école. La devise de MINAMOTO était la suivante: remportez la victoire sur le dos votre cheval mais n'y régniez pas.

YAGYU SHINGAN RYU (de SHIN esprit et de GAN regard)
Fondée par YAGYU. La méthode comprenait en plus du ju-jitsu, les armes du KOBUDO : lance, éventail, faucille, bâton, etc...

KO GUSOKU
Le KOGUSOKU était un ensemble de techniques de défenses contre un attaquant portant une arme légère. L'histoire des arts martiaux japonais écrite en 1714 par SHIGETAKA HINATSU comprend 10 volumes: tactique, manœuvre, étiquette, tir, équitation, sabre, lance, armes à feu, KOGUSOKU, ju-jitsu.

TAI-JITSU RYU
Méthode spécialisée pour le combat corps à corps et contre armes légères (sabre court, poignard): l'étude se faisait entre BUSHI revêtus d'une armure légère et armés d'un TANTO. Le TAI-JITSU était aussi appelé KOSHI NO MAWARI. Le nom JUDO était employé par l'école JIKISHIN RYU à l'époque TOKUGAWA (1600). Ce style de ju-jitsu n'avait rien a voir avec le JUDO du KODOKAN créé par maître KANO en 1882.

KITO RYU JU-JITSU
Cette école créée au 17ème siècle par le maître UKUNO élève du chinois CHANG YAN PIN et par ses successeurs les maîtres TERADA et IBARAGI. Ce dernier amena l'école à la prospérité. Dans un ouvrage secret FUJI YOSHIMURA élève et successeur de maître IBARAGI désigne la forme positive et la forme négative de KITO RYU: on doit vaincre avec l'une ou l'autre de ces formes, on doit vaincre la vigueur par la souplesse en sachant utiliser la force adverse tout en préservant la sienne; on ne peut pas vaincre lorsque l'on a l'intention de déployer sa force sur la force adverse. Comme on peut le constater, les principes mêmes du JU-JITSU et du futur JUDO du KODOKAN sont ici mis à l'évidence.JIGORO KANO y fût élève.

L'EPOQUE MODERNE
Février 1854 - Partis de New Folk aux Etats Unis, les quatre bâtiments à vapeur de l'escadre du commodore MATTHEW PERRY arrivent enfin dans la baie d'EDO. Le commodore est chargé de conclure un traité avec l'empire du Soleil Levant, traité portant sur les points suivants: protection des marins américains faisant naufrage sur les côtes japonaises, droit de ravitaillement des bâtiments, accord pour des échanges commerciaux. Bien que très mal accueillis par la population et les SAMOURAI fidèles à leurs principes, Le Japon ne doit pas être ouvert aux étrangers, les nouveaux temps étaient arrivés. Le pays du soleil levant ne sera jamais plus ce qu'il avait été depuis des siècles et des siècles. L'ère MEIJI qui approchait à grands pas, allait balayer ce passé, la féodalité disparaître, mais de ses cendres allaient renaître le BUDO et celui-ci tel le Phénix de la légende, de ses ailes couvrirait le monde.

Nous avons vu que le JU-JITSU était naturellement à l'époque féodale un ensemble de techniques qui décidait de la vie et de la mort du pratiquant. Son étude mettait l'homme dans un état réceptif sur toute chose et en particulier sur les champs de bataille, ceci depuis l'instauration du gouvernement des SAMOURAI établi à KAMAKURA (1192-1333) où les formes de combat corps à corps se développèrent.

Avant 1880, le JU-JITSU n'était pas une technique mais un nom dans lequel le public englobait toutes les écoles de combats corps à corps qui n'était pas du SUMO. Certaines écoles pratiquaient une forme de lutte avec veste et pantalons courts, d'autres des techniques pour maîtriser un adversaire, d'autres la manière de lier un prisonnier. N'oublions pas que le but de JU-JITSU était de poursuivre le combat en luttant avec succès lorsque l'on perdait son sabre.

Le JU-JITSU après de longues années de développement avait atteint un tel degré de perfectionnement que même les faibles remportaient des victoires sur des ennemis puissants. Un élément extrêmement important influença l'essor du JU-JITSU, en dehors des champs de bataille. Durant la période TOKUGAWA (1603-1868) caractérisée par un système rigide et isolationniste, le SAMOURAI circulait porteur de deux sabres à la ceinture tandis que les citoyens se voyaient interdire le port d'arme. Face aux comportements souvent belliqueux des SAMOURAI et des RONIN, les bourgeois et les marchands développèrent eux aussi l'art du combat avec des objets familiers et souvent à mains nues. Il en fût de même pour les paysans qui utilisèrent en plus des outils agraires comme moyen de défense, des techniques de frappes (ATEMI); voir la création et le développement de l'OKINAWA-TE, puis du KARATE.

En 1877, un décret interdit l'usage et le port des sabres des BUSHI, d'où indirectement essor du combat rapproché. De plus, durant la période féodale, le port du sabre était interdit au peuple (86% de la population). L'art du JU-JITSU se répandit logiquement.

En 1868, le SHOGUNAT TOKUGAWA fût renversé. Le gouvernement MEIJI s'installa à TOKYO. Le système féodal s'achevant, le Japon rejetait les cultures et traditions anciennes et se tournait vers l'Occident. Cependant, le JU-JITSU avait été classé, sous l'ère MEIJI, dans les arts à préserver. En 1886, 19ème année de l'ère MEIJI, la préfecture de police adopta officiellement le JU-JITSU comme méthode réservée aux policiers.

RETOUR AU BLOG