• karate
    ARTS MARTIAUX
    RED FORCE CLUB
    BLOG - KARATE SHOTOKAN

KARATE SHOTOKAN, un peu d'histoire

Le commencement ...
Admin

L’histoire du Shôtôkan nous permet d’aborder la vie de celui dont la photo orne la plupart des dôjô : Gichin Funakoshi. Né à Shurie en 1868, le jeune homme commence à pratiquer l’Okinawa-Te vers l’âge de quinze ans, sous la férule de son maître d’école. Celui-ci est le fils de Maître Azato. À l’époque, l’art martial d’Okinawa n’était plus enseigné au grand public. Plus tard, quand Maître Azato enseignera lui-même à Gichin Funakoshi, les cours auront lieu la nuit. L’enseignement se déroule à l’ancienne, suivant le bon vieux précepte : “un kata en trois ans”. Maître Azato fait répéter à son élève, des centaines de fois, le même kata, et cela pendant des mois.

Dans l’ouvrage “Karate-do, my way of life” (Kodansha International, Tokyo, 1975), Gichin Funakoshi raconte que cet entraînement lui apportait “exaspération et humiliation”. Ce livre, recueil d’interviews parues dans un quotidien japonais, constitue un document unique sur la vie de Funakoshi. Contrairement à ce qui a été dit, Maître Azato avait un autre disciple, beaucoup moins connu, et qui apparemment n’as pas laissé de filiation : Chojo Ogosoku. L’apport technique que Gichin Funakoshi utilisera plus tard pour créer son école, il le doit Maître Itosu. Mais, l’esprit de la pratique, le côté austère (répétition d’un même kata), lui vient de Maître Azato. Funakoshi avait déjà plusieurs années de travail lorsqu’il a été présenté à Maître Itosu. vu les dimensions restreintes de l’île d’Okinawa, tout le monde se connaissait. Aussi, vers 1900, Funakoshi, qui avait alors une trentaine d’années, s’est entraîné avec les Maîtres Kiyuna, Niigaki et Sokon Matsumura, le professeur d’Anko Azato, Niigaki, disciple de Yara, transmettra à Funakoshi trois katas que l’on retrouve dans le Shôtôkan moderne : Niseishi (qui deviendra Nijoshiho), Unso, Sochin. En 1906, Gichin Funakoshi participe à la première démonstration publique de l’Okinawa-Te. Des représentants de l’administration japonaise, ainsi que des officiers de la Marine Impériale, assistent à cette démonstration qui se déroule à Okinawa. Mais c’est en mai 1922 que Gichin Funakoshi effectue sa fameuse démonstration à Tôkyô, à l’occasion d’une grande fête des sports, organisée par le Butokukai. Il a cinquante-trois ans et cette manifestation va changer sa vie. Maître Funakoshi avait effectué une première démonstration de son art à Kyoto en 1916. Mais en fait le premier à introduire l’Okinawa-Te au Japon fut Tsuyoshi Chitose, créateur du Chito-Ryû, ce dans les années 1914-1915. À noter également que l’on a fait coïncider l’introduction du Karaté aux États-Unis avec l’arrivée de Chôjun Miyagi à Hawaï. Or Norimichi Yabe fit une démonstration en Amérique dès 1920: mais cette manifestation n’eut aucune suite.

En novembre 1922, Funakoshi publie un premier ouvrage, “Ryû Kyû Kempô karate”, où il exprime surtout des considérations historiques et philosophiques. Les clichés de ce livre seront détruits lors du tremblement de terre de 1923, ce qui amènera l’auteur à publier une nouvelle édition totalement remaniée “Retan Goshin Karaté Jitsu”. C’est seulement en 1935 que Funakoshi publie “Karate Do Kyahan”, véritable ouvrage de référence avec, entre autres, la description de tous les katas tels que’il les concevait et les enseignait. Ce livre a été réédité en 1972 avec l’autorisation de la famille Funakoshi, travail supervisé par Maître Oshima. Il en existe depuis une traduction en langue anglaise et une en langue française.

KARATE NI SENTE NASHI
Il n'y a pas de premier mouvement (attaque) en karaté.

Gichin Funakoshi conservera jusqu’à la fin de sa vie un immense respect pour Jigoro Kano, le fondateur du Jûdô. Les deux hommes s’appréciaient mutuellement. À l’époque où Funakoshi commençait à développer son enseignement Kano, qui était déjà un Maître renommé au Japon, l’invita à faire une démonstration dans son dôjô, le célèbre Kôdôkan.

Les noms des katas utilisés actuellement en Shôtôkan n’existaient pas. Funakoshi exécuta Kosokun (nom okinawaïen de Kanku Dai) et son disciple, Makoto Gimma, démontra Naifanchi Shodan, Gimma, natif d’Okinawa, était déjà disciple interne de Kyan. Il avait également suivi l’enseignement de Maître Mabuni avant de devenir l’élève de Funakoshi. C’est Makoto Gimma qui sera le premier titulaire d’un diplôme de grade décerné par Funakoshi. Signalons au passage que le premier Japonais à avoir suivi les cours de Gichin Funakoshi s’appelait Kunuki Tanaka.

À son arrivée à Tôkyô, Maître Funakoshi vécut très modestement. Il eut d’abord une place de gardien dans un dortoir d’étudiants, à Suidobashi, où il donna ses premiers cours. Il enseigna également dans le dôjô d’un très grand Maître de lai-dô, Sensei Nakayama. Mais c’est surtout dans les universités que le Maître okinawaïen allait populariser son art et c’est d’ailleurs ce qui est resté de cette époque. Le premier club universitaire fut créé en 1924 à Kelo. Le second vit le jour en 1926 à Tchiko (université de Tôkyô). En 1927, trois nouveaux clubs viennent s’ajouter à cette liste : Waseda, Takoshoku et Shodai. À partir de là le développement de l’enseignement de Funakoshi va être foudroyant. En 1930, il supervise déjà une dizaine de dôjô universitaires. Sa démarche, tout à fait moderne, va à l’encontre de ce qui se faisait autrefois. Ce ne sont plus les élèves qui viennent dans le dôjô du Sensei, c’est le Sensei qui implante des dôjô un peu partout. Ce qui d’ailleurs va se retourner contre lui...

Funakoshi s’est beaucoup inspiré de ce qu’a créé son ami Kano pour le Jûdô, notamment au niveau de la hiérarchisation de la progression par les grades “kyu” et “Dan”. Kano avait déjà créé nombre de clubs de Jûdô au sein des universités. Mais cette structure moderne est en contradiction avec l’enseignement même de Funakoshi, demeuré très traditionnel : kata et bunkai.

Dès 1927, des problèmes apparaissent. Trois de ses élèves s’adonnent de leur propre initiative à des assauts livres, en utilisant à cet effet les protections déjà utilisées pour la pratique de Kendô. Furieux, le Maître ne remettra plus les pieds dans ce dôjô. Parmi les élèves de Funakoshi différentes tendances se font jour, Hironori Ohtsuka, après avoir travaillé pendent huit ans avec le Maître crée sa propre école : Wadô-Ryu, la “voie de la paix”. Ohtsuka était déjà un pratiquant de Jû-Jitsu de très haut niveau. A vingt-neuf ans il avait été nommé Kaiden Shihan (le titre le plus élevé) de l’école Shindô Yoshin Ryû de Ju-Jitsu. Funakoshi appréciait beaucoup Ohtsuka, un de ses plus anciens élèves japonais, bien que celui-ci soit très favorable au développement de Jiyu-Kumite (l’assaut libre). En fait le Wadô-Ryû est une des filiations de l’enseignement de Funakoshi. Beaucoup de pratiquants égarés par la différence des noms (Hironori Ohtsuka a tenu à nommer son école), veulent voir entre Shôtôkan et Wadô-Ryû des différences considérables, alors que ces deux styles sont “frères”. Pour ce qui est des modalités d’entraînement et de compréhension des katas il y a parfois plus de différences entre les diverses tendances actuelles du Shôtôkan qu’entre Shôtôkan et Wadô-Ryû.

Le départ d’Ohtsuka a été motivé par deux raisons principales. D’abord son goût pour l’assaut libre et de développement plus “sportif” du Karaté, incompatible avec l’austère enseignement de Maître Funakoshi. Ensuite, un défi lancé par un expert Gôjû-Ryû à l’école de Funakoshi fut relevé par Yoshitaka, le fils du Maître. Au grand dam d’Ohtsuka qui en réprouva le principe.

La construction du Shôtôkan débute en 1935 pour s’achever l’année suivante. Le dôjô se trouve dans le quartier de Meijuroko à Tôkyô. L’argent provient d’une collecte organisée dans tout le pays. À l’origine, Shôtôkan désigne le bâtiment et non le style, “Kan” désigne le lieu, le dôjô et “Shôtô” est le pseudonyme sous lequel Funakoshi écrivait des poèmes (littéralement Shôtô désigne l’ondulation des pins sous le vent). Rappelons au passage que, si Funakoshi a été choisi de préférence à Motobu pour diffuser l’Okinawa-Te au Japon, c’est justement en raison de ses qualités intellectuelles et de sa culture. Ce choix s’avéra judicieux puisqu’en 1922, Funakoshi, lors de sa première démonstration, ne s’est pas contenté de démontrer des techniques. Il a su également les expliquer et les commenter, à la grande satisfaction de son auditoire. La plupart des experts japonais les plus connus de nos jours sont passés à un moment où à un autre par le Shôtôkan. Par exemple, Masutasu Oyama, créateur du Kyo-kushinkai a travaillé pendant un an et demi, vers 1938 dans le dôjô de Funakoshi. Oyama, en est parti, jugeant le style inefficace à son goût parce que le fils du fondateur, Yushitaka, venait de se faire battre par un expert Gôjô-Ryû.

Le Shôtôkan fut détruit par les bombardements américains en 1944-1945 et reconstruit après guerre grâce à une immense chaîne de solidarité créée par les élèves de Funakoshi. Jusqu’aux années 1928-1930, Funakoshi enseignait Kosokun, Naifanchi, Wanshu, etc. Dans ses deux premiers ouvrages, les noms des katas sont en okinawaïen. C’est seulement en 1935, dans “Karate Do Kyohan” qu’apparaissent les noms japonais avec parfois des erreurs de transcription. Modification poussée conjointement par le désir d’être plus accessible à un public japonais et par les pressions de la conjoncture politique des années trente. C’est pourtant dès cette époque que Funakoshi se détache de plus en plus de l’enseignement, supervisant les cours dans différents dôjô. La J.K.A. (Japan Karate Association) voit le jour en 1949, fondée par Isao Obata, un des principaux disciples de Funakoshi. Elle introduit le Jiyu-Kumite dans les passages de grades en 1951, donc du vivant du Maître Obata, en désaccord avec la politique prônée par les “jeunes loups”, Nishiyama et Nakayama, quitte la présidence de la J.K.A. en 1954. Gichin Funakoshi meurt le 26 avril 1957. Deux mois après, ont lieu les premiers championnats du Japon qui seront remportés par Hirokasu Kanazawa... L’évolution est alors inéluctable.

RETOUR AU BLOG